18/05/1915 – Lettre de Denis à Camille

Denis espère lui aussi que Camille reste le plus longtemps possible à Pontarlier… parce que le climat est vivifiant en cette saison ! Le sens du devoir l’empêche de dire qu’il ne voudrait pas qu’il aille lui aussi au front. La douleur de perdre Maxime est toujours prégnante. Pourra-t-il surmonter un autre décès ? La famille le pourra-t-elle ? Denis ne peut le dire, ne doit pas le dire.
Portrait de Denis Mon cher Camille,
J’ai reçu ta dernière carte par laquelle tu m’annonces que tu es resté encore à Pontarlier. J’espère que ma lettre et la carte de Jeanne te trouveront encore en cette ville. Il doit y faire bon maintenant que le soleil est plus chaud et que les sapins commencent à pousser et à exhaler leur parfum vivifiant. Je souhaiterais que tu puisses rester le plus longtemps possible dans cette région, afin de te fortifier.
As-tu reçu le paquet que je t’ai envoyé il y a quelques jours avec une chemise, c’est plutôt Bohdane que moi qui t’a envoyé, car c’est elle qui l’a préparé avec le soin qu’elle met toujours. As-tu besoin encore de quelque chose, écris-le franchement, car lorsque tu seras sur le front, les communications seront plus difficiles.
Nous avons eu des nouvelles de Charles, il se bat en Belgique et il est fatigué, car il a eu peu de repos. Les Boches attaquent continuellement et il faut être toujours en état de les repousser. Il a changé de bataillon et de compagnie. Il faut adresser désormais les lettres à M. C. Z. Fourrier au 1er régiment de marins, 1er Bataillon, 2e Compagnie, secteur postal 131.
Bernard a changé d’emplacement, nous ne savons plus où il se trouve, il a dû partir dans le nord de la France.
Émilia devait arriver à Paris avec Dédé pour nous voir, car il y a déjà longtemps qu’elle était venue. Mais au dernier moment, Dédé a attrapé la rougeole et il est à craindre que le petit Henri la gagne aussi.
Écris-nous plus souvent et donne-nous de tes nouvelles. Fais-nous connaître quand tu seras sur le point de partir sur le front et de quel côté tu crois être envoyé.
Bohdane se joint à moi pour t’embrasser tendrement. Ton oncle Denis.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s