22/06/1915 – Lettre de Camille à Denis

Comme prévu, ce matin, Camille est habillé de neuf et s’étend, avec une apparente satisfaction, sur ses deux nouvelles paires de souliers. Une américaine et une française. Les deux très souples. Il se laisse aller aussi à vouloir venger la mort de Maxime tout en se voulant toujours rassurant. Ne craignez rien ! dit-il à ses parents… Ne craignez rien, répète-t-il désormais dans ses lettres.
Portrait de CamilleLons-le-Saunier,
Mon cher oncle,
Je suis maintenant entièrement habillé à neuf. On nous a donné des souliers jaunes américains très souples. Ce sont nos souliers de repos. Nous avons en outre une paire de souliers de fatigue tout neufs, très solides et très souples aussi. Nous devons passer la revue du colonel jeudi prochain tout équipés, prêts à partir, même avec nos cartouches. Nous allons bien renforcer le 158e RI de Lyon. Nous attendons demain après-midi un renfort de 130 hommes du 133e de ligne de Belay qui partiront avec nous au 158e. J’espère pouvoir venger la mort de notre cher Maxime. Mais, cependant, ne craignez rien. Courage et bons baisers à tous deux. Camille.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s