10/09/1915 – Lettre de Camille à Denis

Le genou de Camille le fait souffrir. Ce n’est pas nouveau, cette douleur articulaire le rappelle à l’ordre depuis l’adolescence. Les longues marches quotidiennes ont dû favoriser l’inflammation. Du coup, il est exempté de service, mais ne peut sortir de la caserne ! Il espère être rétabli pour le dimanche suivant. Apparemment, libre de ses mouvements ce jour-là, il rend visite à sa famille. Et il en profite, car il sait bien que de durs moments se profilent à l’horizon du front.
Portrait de Camille Paris, Les Tourelles,
Mon cher oncle,
Le mal de mon genou ne s’étant pas amélioré ce matin, je me suis fait porter malade. Je ne sais encore combien de jours le major m’exemptera de service. Je tâcherai de vous le faire savoir. J’espère que cela sera vite guéri et que je pourrai vous revoir dimanche prochain. Ne me sentant pas capable de faire la marche, il est certes préférable de m’être fait porter malade…
Je vous remercie, cousine, pour les bons soins que vous m’avez donnés hier. J’ai conservé la bande cette nuit ; je sens qu’elle me fait du bien, elle me soutient bien le genou.
Au revoir, mon cher oncle, ma chère Jeanne et ma bonne cousine. Recevez les baisers affectueux de Camille.
À dimanche, je l’espère.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s