19/10/1915 – Lettre de Camille à Denis

Camille se morfond dans sa tranchée. Pour tromper son ennui, il commande à son oncle quelques livres, dont un d’anglais pour se perfectionner. C’est la deuxième lettre qu’il termine avec une phrase allusive, compréhensible certainement par le destinataire, mais absconse pour tout autre lecteur, sans autre précision. Quoi qu’il en soit, des allusions qui révèlent une complicité affectueuse, qui font ressurgir des souvenirs… partagés avant le départ au front sans doute.
Portrait de Camille Le front (Belgique)
Chers parents,
Je suis en bonne santé. Rien d’important à vous signaler, si ce n’est que le temps paraît long dans la tranchée. On finit par s’y ennuyer à rester ainsi oisif. Aussi, je vous serais très reconnaissant de m’envoyer quelques petits livres intéressants de littérature, ainsi que quelques livres classiques et entre autres un livre d’anglais, afin de me perfectionner en cette langue.
Envoyez-moi aussi un rouleau ou deux de papier collant afin de coller mes cartes-lettres, car mon cahier a passé la nuit dehors et il n’y a presque plus de colle sur les bords.
J’espère que vous êtes tous deux en bonne santé. Bonjour à Rose. Je vous embrasse tous les deux affectueusement. Votre neveu qui vous aime. Camille.
Qui est-ce qui fait le « lèche-pot » maintenant ?
Je n’ai rien reçu de Jean encore.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s