05/12/1915 – Lettre de Camille à Denis

Camille est au repos, il revient des tranchées, heureux de la bonne idée de son oncle de lui avoir envoyé un réchaud et de l’alcool solidifié. Manger chaud et se mijoter des douceurs maintiennent le moral. Mais où trouver de l’alcool solidifié au front ?
Portrait de Camille Le front (Belgique)
Chers parents,
Deux mots pour vous assurer de ma bonne santé. Nous sommes au repos dans un nouveau camp. Les baraques sont neuves et un peu plus hermétiques. J’ai fait usage dans mes derniers jours de tranchées du réchaud que vous m’avez envoyé. Il est très pratique et même excessivement pratique. J’ai pu pendant deux jours, jusqu’à usage total de l’alcool solidifié, manger chaud en 1ère ligne. En outre, je faisais chauffer mon vin et en mettant un peu de sucre dedans, je me constituais un grog très réconfortant pour la nuit. Le seul inconvénient est que, jusqu’ici, je n’ai pu m’en procurer de nouveau. Je fais mon possible pour en trouver et, si oui, je vous le ferai savoir.
J’ai reçu votre mandat-carte, je vous en remercie beaucoup.
La disparition de ce pauvre Bernard se prolonge par trop. Espérons quand même, on a vu des cas analogues où le disparu faisait connaître de ses nouvelles.
J’espère que Jean se fortifie, croyez-vous qu’il se rétablira totalement ?
Je vous embrasse affectueusement. Bien à vous. Camille.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s