Maxime Zaleski

Parcours militaire de Maxime

Sursis en raison d’études pour le service militaire, maladie de cœur et ostéomyélite à la jambe (13/12/1912).

  • Incorporé au 124e RI le 11 août 1914
  • Caporal le 11 octobre 1914
  • Peloton spécial des élèves officiers au Mans
  • Aspirant au 102e infanterie le 25 décembre 1914
  • Aspirant au 101e infanterie le 8 février 1915
  • Aspirant au 102e infanterie le 4 mars 1915 (dissolution du bataillon de marche du 101e)
  • Blessé grièvement à Perthes-les-Hurlus le 9 mars 2015 – meurt de ses blessures

Décorations et citations

  • Croix de guerre avec palme
  • Cité à l’ordre de l’armée, le 22 mars 1915, Ordre n°62 du 102e RI du 30 mars 1915
  • Médaille militaire Mort pour la France, le 8 novembre 1920

Article du Figaro du 27 mai 2015


Extrait du Bulletin polonais, rubrique « Nécrologie »

40e année – 15 avril 1915 – N° 321

BULLETIN POLONAIS

Littérature, scientifique et artistique

 Publié par les soins de l’Association des anciens élèves de l’École polonaise.
Paraissant le 15 de chaque mois.

« Maxime Zaleski, petit-fils de Bohdan Zaleski, fils de notre regretté camarade Marius et neveu de nos camarades Denis et Charles, était né le 16 juillet 1892 à Parthenay (Deux-Sèvres). Il avait fait ses études d’abord à l’École polonaise des Batignolles, puis au lycée de La Roche-sur-Yon, au collège de Saint-Germain et au lycée de Saint-Louis. Il s’était fait remarquer partout par son travail et sa conduite exemplaires. Reçu bachelier ès-lettres, il fit son droit à la Faculté de Paris et obtint le diplôme de licencié en droit le 22 juillet 1914.
Dès le début de la guerre, il entra au 124e régiment d’infanterie à Laval ; nommé élève officier au Mans, il fut envoyé comme aspirant au 101e et ensuite au 102e régiment d’infanterie.
Il joignait aux qualités de cœur des aptitudes littéraires et un talent poétique qui promettaient beaucoup. En vrai petit-fils de Bohdan, il aimait d’un ardent amour et la France et la Pologne. »


« L’aspirant Maxime Zaleski, de la 8e Compagnie, classe 1914, a été tué  le 9 mars 1915 au cours d’une attaque au bois 4, au nord de Perthes, en entraînant bravement sa section à l’assaut. Son corps a été inhumé au cimetière de Suippes par les soins du 102e. En raison de la belle conduite de l’aspirant Zaleski, je l’ai proposé pour une citation. »
(Lieutenant-Colonel commandant le 102e)

 Administrateur-gérant
Édouard Pozerski
16, rue Sauffroy (17e arr.)


Retranscription – Médaille militaire

Par arrêté ministériel rendu en application des décrets du 13 août 1914 et 1er octobre 1918 publié au Journal Officiel du 8 novembre 1920, la Médaille militaire a été attribuée à l’aspirant Zaleski, Maxime, Paul, Dieudonné, médaille 8662, du 102e Régiment d’infanterie.

Mort pour la France

« L’aspirant Zaleski s’est distingué pendant les journées des 7, 8 et 9 mars 1915 par son courage, sa décision et son sang-froid. A été blessé le 9 mars, au cours d’une charge en entraînant ses hommes par son exemple et son ardeur. Relevé sur le terrain, grièvement blessé, son premier mot a été de demander : « Le fortin est-il enlevé ? ». Mort pour la France. A été cité.

À Paris, le 18 juillet 1921
Le colonel Rolland, Commandant du 104e RI.


Cité à l’Ordre de l’Armée

            Journal Officiel du 15 avril 1915, page 2228

« Touché au combat de Perthes, le 9 mars 1915. Sorti le premier de la tranchée et entraînant ses hommes, il fut atteint d’une balle à la poitrine et mourut pendant son transfert à l’ambulance. Ses dernières paroles à l’un de ses chefs qui venait lui serrer la main furent « Vous êtes sauvés ! Le fortin ennemi est-il enlevé ? »


Livre d’Or des Héros de la Guerre de 1914

           Lettre destinée à Denis Zaleski

 Le 31 décembre 1919

Monsieur,
Nous avons été avisés par le Lycée St-Louis qu’un des vôtres était mort pour la France au cours de la guerre et son nom est de ceux dont le Livre d’Or a mission de perpétuer le souvenir.
En vous présentant notre tribut d’hommages et de regrets pour cette perte douloureuse, nous vous adressons avec notre programme un questionnaire destiné à nous fournir les renseignements pour l’inscription dans notre ouvrage concernant votre cher disparu. Nous vous prions de bien vouloir nous retourner ce questionnaire rempli ainsi qu’une photographie.
Si une autre personne vous paraissait mieux désignée que vous pour nous renseigner, vous voudrez bien lui transmettre notre demande dans l’intérêt de la mémoire que nous voudrions honorer.
Nous vous remercions de vous associer ainsi à notre œuvre patriotique et nous vous présentons, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

Carte postale, Photo Régis, Paris.Pour le secrétaire général : J. Dauvin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s