24/04/1915 – Lettre de Denis à Camille

Le sort de Maxime préoccupe fortement Denis qui se dit très malade. Pourtant, il sait bien que Maxime est mort au combat. Il est encore question d’un mandat dont Camille n’a pas accusé réception. Denis ignore si Camille est encore à Pontarlier ou au front.
Portrait de Denis Paris, Mon cher Camille,
Émilia t’a mis au courant de nos inquiétudes au sujet de Maxime. Je suis moi-même malade depuis six semaines et atteint d’une fièvre que les médecins ne peuvent couper et qui me force à garder le lit.
Tu ne m’écris pas souvent, tu ne m’as pas dit si tu avais reçu le mandat de 20 francs que je t’ai envoyé le 29 mars. Tu avais le temps de m’écrire. Fais-moi connaître ta nouvelle adresse pour que je puisse te suivre et rester en communication avec toi.
Bohdane et moi nous t’embrassons tendrement. Ton oncle, Denis.
Réponds-moi tout de suite, j’ai un paquet à t’envoyer. Je verrai si je puis te l’envoyer encore à Pontarlier.
Publicités

29/03/1915 – Lettre de Denis à Camille

Denis est très inquiet pour Maxime qui est déclaré « disparu ». Il ignore qu’il est mort au combat. Il envoie encore un mandat à Camille pour parer à toute dépense utile en prévision de son prochain départ au front. Il lui recommande de ne pas gaspiller ces 20 francs dans du superflu.
Portrait de Denis Mon cher Camille,
J’ai reçu ta carte. J’espère que tu te portes bien. Il faut que tu prennes l’habitude d’écrire plus souvent et nous tenir au courant de ce que tu fais. Nous sommes sans nouvelles de Maxime et très inquiets à son sujet. Charles a écrit il y a une semaine, écris-lui un mot à l’adresse suivante : fourrier au 1er régiment de marins, 2e Bataillon, 8e Compagnie, secteur postal 131.
Je t’envoie un mandat de 20 francs pour que tu t’achètes ce dont du pourras avoir besoin avant ton départ, ne dépense pas cet argent pour des choses inutiles, mais à ton habillement ou à des objets qui pourront être utiles pendant la campagne. Écris plus souvent.
Bohdane et moi nous t’embrassons tendrement. Ton oncle, Denis.

02/01/1915 – Lettre de Denis à Camille

Denis, l’oncle et le tuteur de Camille, s’interroge sur son courrier précédent qui n’a pas atteint sa destination, Camille ayant quitté Lons-le-Saunier pour Pontarlier. Il ne se lasse pas de vanter les mérites de la qualité de l’air de la région. Puis, il donne des nouvelles de ses deux frères, Maxime et Charles, qui lui ont rendu visite et qui s’apprêtent à partir au feu.
Portrait de DenisMon cher Camille,
Je t’ai écrit une longue lettre le 26 décembre et je t’ai envoyé un mandat de dix francs. Je suis étonné que tu ne l’aies pas reçue le 30 décembre. Réclame cette lettre au vaguemestre, je l’avais adressée à Lons-le-Saunier.
Hier, nous avons eu le plaisir d’avoir, avec ton oncle Charles, Maxime, superbe dans son costume bleu clair d’officier, et ton frère Charles, arrivé la veille de Toulon et qui part au feu avec un détachement de fusillés-marins.
Tu peux écrire des lettres fermées sans affranchir. Tes camarades te diront ce qu’il faut faire. Écris souvent.
Tu es maintenant à Pontarlier. C’est un pays magnifique, mais l’air y est vif et très froid. Cela te fortifiera, mais fais bien attention de ne pas sortir le soir de la caserne pour éviter les congestions.
Nous nous réunissons tous pour t’embrasser.
Ton oncle. Denis.

PS. Fais-tu partie du peloton des élèves-caporaux ? Si oui, je t’enverrai le Guide du Gradé, ouvrage très important pour le service militaire et destiné aux gradés.